Accouchement prématuré

Accouchement prématuré

novembre 08, 2019

Dans le cadre du mois de la prématurité, Rana  Turk, mère de trois enfants Californienne,
partage son expérience dans le but de répandre l'espoir et la positivité.


Lorsque je suis tombée enceinte de mon troisième bébé, ce fut une surprise totale pour mon mari et moi. Avec deux bébés nés à terme, une fille et un garçon, on s’était dit que notre famille était complète. Malgré cela, nous étions également très heureux et impatients d'élargir notre famille.
 
Ma grossesse était très difficile dès le début. J'avais des nausées extrêmes et vomissais violemment tous les jours. Pourtant, à mon échographie de 20 semaines, tout semblait parfait : le bébé était en bonne santé et je me sentais bien à l'exception des vomissements et des nausées. J'en ai parlé à l'infirmière, mais elle n'était pas inquiète.
 
Environ une semaine plus tard, à 21 semaines, mon pied et ma jambe gauche ont commencé à gonfler et, au cours des prochaines semaines, je suis devenue de plus en plus enflée, essoufflée, vomissant et extrêmement fatiguée. Je pensais que c'était dû à mon âge et que c'était ma troisième grossesse. Pourtant, avant de tomber enceinte, je faisais du CrossFit 4 à 5 fois par semaine et mangeais très sainement.
 
Finalement, quand je ne pouvais plus et que je suis devenue enflée comme un ballon, j’ai appelé mon médecin et il a dit de me présenter tout de suite. Quand j'ai vu son visage, j'ai su que quelque chose n'allait vraiment pas. J'ai été admise à l'hôpital le jour même, alors que j'étais enceinte de seulement 24 semaines et 6 jours.
 
Quand je suis arrivée à l'hôpital, ils m'ont dit que j'avais tous les signes d'une prééclampsie sévère précoce. Leur objectif était de faire baisser ma tension artérielle et de me mettre au repos, dans l’espoir de m’emmener à 28 semaines, car les chances de survie du bébé étaient de 90% à ce stade.
 
J'étais complètement sous le choc, je ne pouvais pas m'empêcher de penser que c'était de ma faute : j'étais trop stressée, je n'aurais pas dû m’entrainer pendant ma grossesse. Les prochains jours à l'hôpital étaient si effrayants. J'étais terrifié de perdre mon bébé, de l'inconnu, je pleurais tout le temps et je stressais même s'ils m'avaient dit de ne pas stresser. C'était un cauchemar.
 
Quatre jours plus tard, après avoir tout essayé pour réduire ma tension artérielle, ils ont décidé de sortir mon bébé pour sauver nos vies. Mon bébé n'avait que 25 semaines et 3 jours. La seule chose dont je me souvienne est une infirmière qui m’a murmuré à l'oreille que les filles font généralement mieux que les garçons. C'était le premier signe d'espoir et je m'y accrochis. C’est dans des moments comme ceux-là qu’on réalise combien il est important d’avoir de l’espoir.
 


 

Amelia a été placée à l'USIN immédiatement. Je ne pouvais pas me résoudre à la voir. Je faisais des recherches sur le web et sur les médias sociaux d’histoires d'espoir et de bébés prématurés en bonne santé. Enfin, le troisième jour, je suis allé voir Amelia. Elle était si petite—plus petite que j'aurais pu imaginer—et accrochée à tant de machines différentes. C'était un moment extrêmement difficile. Mais quand j'ai mis ma main dans l'incubateur, elle a littéralement tendu la main et m'a tenu le doigt. Elle n’avait fait cela pour personne d’autre. C'est à ce moment-là que j'ai compris qu'elle était là, et qu’il fallait nous battre pour survivre et sortir d'ici.
 
J'ai fait 2 choses à ce moment : 1. Je lui ai écrit une lettre pour lui dire à quel point j’était fière d'elle; et 2. J'ai écrit des affirmations, qu'elle était capable de surmonter cela. Au cours des 120 prochains jours, les membres de l’USIN sont devenus comme de la famille. J'ai eu la grande chance d'avoir des infirmières qui s'occupaient d'Amelia et qui l'aimaient, en particulier son infirmière principale, qui vient encore nous rendre visite assez souvent. Si ce n’était pas pour le personnel, je n’aurais jamais pu passer ces 120 jours. Je me sentais vraiment soutenu, aimé et en sécurité.

Les médecins ont également été formidables et ont insisté sur le fait que ce n'était pas de ma faute. C’était très important à entendre, car la culpabilité d’une mère peut être très forte. Tous les vendredis matin, je me suis inscrite à un cours à l'USIN. La dame qui le dirigeait était la mère d'un garçon en bonne santé de 12 ans, également né à 25 semaines et 3 jours. La rencontrer avec d'autres mères dans des situations similaires m'a donné tellement d'espoir et m'a aidé à faire face.
 
Le plus gros défi de l’USIN est de ne pas savoir à quoi s’attendre. Surmonter les hauts et les bas. Chaque jour peut être si différent et on a l’impression de faire deux pas en avant et un pas en arrière pendant un certain temps. Un jour, Amelia se débrouillait de façon fantastique et son niveau d'oxygène était réduit au minimum. D'autres jours, elle avait une journée difficile ou une respiration difficile.
 
Le 15 décembre 2018, nous avons finalement pu ramener notre petite fille à la maison. Elle est née à 2 livres et lorsque nous avons quitté l'hôpital, elle pesait 8 livres. Depuis son retour à la maison, Amelia a prospéré et elle a dépassé tous ces jalons importants. Elle est en bonne santé, heureuse, mange de tout, se tient debout et commence à marcher. Aujourd'hui, elle a 14 mois et 11 mois ajustés.
 
Quitter la sécurité de l’USIN peut être très effrayant—même si j’étais une mère expérimentée et confiante, c’était une expérience différente avec Amelia. Tout au long de notre séjour, l'infirmière principale m'a toujours dit : « Elle est comme vos autres enfants, traitez-la ainsi. » Cela m'a beaucoup aidé dans notre transition de l'USIN à la maison. La première semaine, j'étais définitivement mal à l'aise, mais j'ai réalisé que tout irait bien. Je devais avoir confiance qu'ils ne l'auraient jamais laissé partir, s’ils n'avaient pas 100% confiance qu’elle était prête.
 


Les conseils de Rana :

 
1. Ne vous blâmez pas. Malheureusement, la vie ne se passe pas toujours comme prévu et pour une raison quelconque, votre petit guerrier était censé arriver tôt. Il n'y avait rien que vous auriez pu faire différemment.
 
2. Prenez soin de vous pendant que votre bébé est à l'USIN. Je sais que cela semble impossible, mais vous devez faire quelque chose pour remplir votre réservoir. Profitez d’un massage ou allez déjeuner avec une amie. Au début, j'étais avec mon bébé tout le temps, et je sentais que je négligeais mes autres enfants. À un moment donné, j'ai eu besoin de consacrer une partie de mon temps à eux aussi bien qu'à moi-même.
 
3. Faites confiance au système et lisez des histoires d’ESPOIR. C'est littéralement ce qui m'a fait avancer. Certaines infirmières m'ont même mis en contact avec d'anciennes mères de l'USIN qui avaient déjà été à ma place et dont les bébés allaient très bien aujourd’hui.
 
4. Même les jours les plus difficiles, soyez positif. Ayez confiance que votre bébé rentrera chez vous un jour. N'abandonnez jamais.
 
5. Parlez à d’autres mères de l’USIN. Partager votre expérience avec quelqu'un qui vit exactement la même chose vous fait sentir moins seul et vous apporte un soutien. L'un de mes très bons amis aujourd'hui est une personne que j'ai rencontrée à l'USIN et ses bébés sont nés à la même gestation que ma petite fille.
 
Personne ne s'attend à avoir un bébé prématuré, mais je peux honnêtement affirmer qu'aujourd'hui, cela m’a changé. J'apprécie chaque seconde avec tous mes enfants et les valorise beaucoup plus, ainsi que mon temps avec eux. Vous réalisez à quel point la vie est précieuse et, tant que vous et vos proches êtes en bonne santé et heureux, c'est tout ce qui compte vraiment.